fbpixelSoutenir l’excellence musicale genevoise - Cité de la musique Aller au contenu

“La musique est la langue des émotions”

La Cité de la musique entend donner corps aux émotions genevoises dès 2022 en créant un lieu à la hauteur de ses institutions musicales. L’Orchestre symphonique de la Suisse romande et les 500 élèves de la Haute école de musique de Genève seront réunis sous un même toit. La relève musicale grandira aux côtés de l’excellence et permettra de réinventer comment la musique s’offre à un public qui ne cesse de s’élargir.

Soutenez, vous aussi, la Cité de la musique en remplissant le formulaire ci-dessous.

Continuer avec facebook

Rejoignez les 3264 genevois qui nous soutiennent déjà ou nous suivent sur Facebook!

Pourquoi soutenir la Cité de la musique?

Pour un lieu qui porte l’excellence musicale genevoise
Pour un lieu qui porte l’excellence musicale genevoise

Réunir un orchestre symphonique de renommée internationale (OSR) et un acteur incontournable de la formation musicale (HEM) sous un même toit, permettre à l’innovation artistique d’éclore, positionner durablement l’excellence musicale genevoise et s’ouvrir à tous les publics, voici ce que la Cité de la musique permettra dès 2024. Stimulé par son nouvel environnement et par une technologie et des installations modernes, l’Orchestre symphonique de la Suisse romande explorera des genres musicaux qui lui sont inhabituels. Il collaborera avec d’autres modes d’expression artistique rapprochant les différentes pratiques artistiques toujours au service d’une culture accessible à toutes et tous.

Pour la formation des musicien.ne.s genevois.e.s
Pour la formation des musicien.ne.s genevois.e.s

Former les futurs musiciens et les future musiciennes professionnels est la mission de la Haute école de musique de Genève. Elle en forme 500 par année. Mais la mission de cette Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale est aujourd’hui mise à mal par une crise des espaces d’apprentissages. Actuellement dispersée sur sept sites vétustes et inadaptés, elle verra ses locaux regroupés dans la Cité de la musique. A l’instar du site de l’EPFL et bien au-delà du gain organisationnel et fonctionnel généré par cette centralisation, les bénéfices seront immenses pour l’institution.

Pour un nouveau parc ouvert aux genevois.e.s
Pour un nouveau parc ouvert aux genevois.e.s

La Cité de la musique permettra l’ouverture aux genevois.e.s d’un parc d’un hectare. Les soirs de concerts, il sera possible de profiter de la programmation via un écran géant intégré dans le bâtiment. Une attention particulière sera portée à la mobilité douce et à l’accès des piétons et des vélos grâce notamment à la création d’une nouvelle voie verte. L’amélioration projetée des infrastructures routières facilitera l’accessibilité du site à des publics extérieurs à l’agglomération genevoise.

J’aime profondément Genève, mais, travaillant dans le quartier des Nations, il me semble évident qu’il faut que nous fassions quelque chose pour créer des espaces de rencontre. J’espère que la Cité de la musique fera enfin du quartier des Nations un lieu dynamique tant pour les genevoises et les genevois que pour les personnes de passage. Je me réjouis notamment de pouvoir accéder au parc aujourd’hui fermé au public.
Odile Wyss

En tant que consommateur de musique classique, je trouve que le Victoria Hall n’est plus adapté. Il est temps que Genève se dote d’un lieu digne de ce nom. Un lieu ouvert sur le monde et qui dialogue avec tous les publics.
Fabrice Lejeune

Un des grands espoirs de la Cité de la musique est de sortir la musique classique de son côté parfois considéré comme élitaire et à destination d'un public âgé. Je rêve - avec les promoteurs de la Cité de la musique – d'une salle de classe, à demeure dans le bâtiment, pour que accueillir des jeunes qui viendraient par exemple pour une semaine découvrir les coulisses d’un orchestre ou les arcanes d’une Haute école. Cela doit être un lieu vivant dans lequel des élèves, dès le plus jeune âge, doivent se sentir accueillis et acteurs d'un projet.
Anne Emery-Torracinta, Conseillère d’Etat en charge du DIP

Pour un canton c’est toujours une chance de construire un programme aussi prestigieux qu’une Cité de la musique. Ça n’arrive pas fréquemment, une ou deux fois par siècle tout au plus.Ce projet va jouer un très grand rôle, non seulement en tant qu’outil, qu’instrument pour diffuser la musique, mais aussi dans sa situation urbaine très particulière. La place des Nations se trouve entre deux morceaux de ville tout à fait distincts. La ville ordinaire qui arrive jusqu’à la route de Ferney et ensuite le jardin des Nations avec les bâtiments des organisations internationales. Il y a toujours eu des difficultés à faire en sorte que ces deux villes parviennent à se mêler tant du point de vue morphologique que social. Je me réjouis de pouvoir vivre et participer à ce moment historique et tout à fait exceptionnel.
Francesco Della Casa, Architecte cantonal

Ce qui m’a séduit, c’est que la Cité de la musique sera vraiment un lieu ouvert et non pas un cloître ou un sanctuaire de la musique. Je pense que dans un canton exigu comme celui de Genève, cela se justifie parfaitement de vouloir rassembler les infrastructures, de créer quelque chose qui n’existait pas véritablement auparavant.
Olivier Baud, Député au Grand Conseil

Il y a encore pas mal d’obstacles socioculturels à l’accès à la musique dite “classique”. La plupart des lieux de musique classique sont de très beaux lieux mais qui font très institutionnels. Ils peuvent constituer des obstacles. Je pense qu’il faut être ouvert à tous les nouveaux concepts, que cela soit en terme d'horaires, de l’espace et de la manière dont on l’utilise. Je pense que toutes les grandes villes européennes, toutes les Philharmonies et toutes les Cités de la musique sont ouvertes à ça et elles ont bien raison. C’est comme ça qu’elles arrivent à créer des concepts à midi ou des concepts différents qui attirent d’autres publics.
Sylvain Leutwyler, Initiateur du collectif nocturne et ancien élève de la Haute école de musique